PUB- EN HAUT DU SITE -1280 X 265

Kenya : le choléra exacerbé par les inondations, 44 cas signalés

35

Les terribles inondations au Kenya commencent à déboucher sur une épidémie de Choléra.

Déjà 44 cas signalés dans le Comté de la Rivière Tana, le plus impacté par la vague de crue, et l’inquiétude grandit avec le risque la prolifération de maladies transmises par les eaux.

Dans un communiqué publié mardi, l’Organisation mondiale de la santé a souligné les efforts de collaboration avec les autorités kényanes et d’autres agences, afin de répondre aux problèmes de santé exacerbés par les inondations dans le pays.

« Quarante-quatre cas de choléra ont été signalés dans le comté de Tana River, l’une des régions les plus touchées par les inondations. Le gouvernement du Kenya a mis en place une réponse d’urgence multisectorielle, dirigée par le Centre d’opérations d’urgence en cas de catastrophe du Kenya, situé dans la capitale du pays, Nairobi. « Le Dr Pius Mutuku, médecin épidémiologiste au ministère de la Santé, a déclaré.

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Il a confirmé que l’impact des inondations a entraîné la fermeture de 14 établissements de santé et une pénurie des principales usines de traitement de l’eau « entraînant une pénurie d’eau potable pour 3 000 personnes ».

Bien que le comté de Tana River soit l’un des plus durement touchés par le déluge, les médias locaux rapportent que l’impact des inondations s’étend au-delà de Tana River, affectant plus d’un quart de million de personnes à travers le Kenya, avec un nombre stupéfiant de 238 décès signalés.

La secrétaire principale à la santé du Kenya, Mary Muthoni, a lancé un avertissement sévère au sujet de la crise imminente que représentent les maladies d’origine hydrique si l’on n’y remédie pas rapidement. Aux côtés de responsables de la santé, elle a distribué des produits de purification de l’eau à Nairobi, soulignant la double menace des sources d’eau contaminées et des maladies d’origine alimentaire exacerbées par les inondations.

Banniere – Apres article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.