PUB- EN HAUT DU SITE -1280 X 265

Niger : Vers l’extradition de Bazoum au Burkina Faso ?

87

Le mouvement de la société civile nigérienne ‘’M62’’ propose aux autorités militaires du Niger la libération de l’ancien Chef d’État Mohamed Bazoum, avec comme pays d’accueil le Mali ou le Burkina Faso, deux pays alliés de Niamey, a fait savoir l’Agence d’Information du Burkina.

« Concernant la demande de la libération du Président déchu Mohamed Bazoum, dont le retour au pouvoir n’est plus une exigence de la CEDEAO, le Mouvement M62 propose à l’État du Niger de donner la possibilité à ce dernier de choisir le Mali ou le Burkina Faso comme pays d’accueil. Ceci pour montrer à la face du monde la volonté du Niger à dialoguer et avancer autour de cette question », a déclaré l’acteur de la société civile.

Cette demande ressort d’une déclaration de presse lue par le président du mouvement, M. Abdoulaye Seydou, ce dimanche 3 décembre 2023.

« Si malgré ces propositions, les sanctions contre le Niger sont maintenues, le Niger doit tirer toutes les conséquences et se retirer de la CEDEAO de concert avec le Mali et le Burkina Faso », suggère à nouveau le coordinateur du mouvement M62.

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

À la suite de la déchéance du Président Mohamed Bazoum à la tête du Niger par les actuelles autorités militaires du pays le 26 juillet 2023, rappelle-t-on, la CEDEAO a imposé une batterie de sanctions contre ce pays-membre, parmi lesquelles la fermeture des frontières et la suspension des transactions économiques, financières et commerciales entre ses autres pays membres et le Niger.

La CEDEAO avait, durant longtemps, fait de la libération et la réinstallation du Président Bazoum la condition essentielle de la levée de ses sanctions. Mais récemment, dans une interview accordée à la BBC, le ministre des affaires étrangères du Nigeria, dont le pays assure la présidence tournante de la CEDEAO, a indiqué que la CEDEAO ne fait plus de la réinstallation du Président Bazoum une condition de la levée des sanctions.

Matin Libre Burkina Faso

Banniere – Apres article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.