PUB- EN HAUT DU SITE -1280 X 265

Rachat d’Oragroup : Simon Tiemtoré doit rendre compte à la BCEAO

416

La Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest exige une série de garanties de la direction d’Oragroup concernant son potentiel repreneur, le groupe bancaire Vista. Parmi les éléments requis figurent des informations sensibles.

Dans une missive datant du 28 février qu’Africa Intelligence a pu consulter, le secrétaire général de l’UMOA, Antoine Traoré, a fait parvenir au patron d’Oragroup, le Camerounais Ferdinand Ngon Kemoum, une série de requêtes portant sur la transmission de documents et de clarifications concernant la cession. Parmi celles-ci figurent la situation financière de Vista pour les exercices 2021, 2022 et 2023, ainsi que les projections de la société pour les cinq années à venir.

Conformément à la législation relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les États membres de l’UMOA, Antoine Traoré a aussi exigé que soient remis à la commission un extrait du casier judiciaire et un aperçu de la “situation de fortune” de plusieurs actionnaires de Vista, parmi lesquels son fondateur, l’homme d’affaires américain d’origine burkinabè Simon Tiemtoré. Désireux d’accélérer l’acquisition d’Oragroup par son groupe, ce dernier s’était personnellement rendu à Abidjan pour cela en décembre 2023 (AI du 11/01/24).

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Fait important, la commission bancaire a également exigé des précisions sur les pertes – “les réserves consolidées négatives” – accumulées par Vista ces dernières années. Évaluées à 13,1 milliards de francs CFA (environ 20 millions d’euros) en 2020, celles-ci ont été de 9,6 milliards de francs CFA (environ 14 millions d’euros) en 2021 et de 12,3 milliards de francs CFA (environ 18,7 millions d’euros) en 2022.

La BCEAO a par ailleurs demandé à Oragroup des explications quant à la structuration de cette cession à 141,2 milliards de francs CFA (près de 216 millions d’euros). La banque centrale s’interroge notamment sur le choix de Vista de ne pas recourir à une acquisition directe mais de privilégier l’utilisation d’un véhicule financier, ORA SPV Holding, pour réaliser son opération de rachat. Alors que cette dernière société a récemment bénéficié d’un prêt syndiqué auprès d’une poignée de banques locales, la BCEAO a réclamé à Oragroup l’identification des créanciers, ainsi que des précisions concernant les montants et les maturités.

Banniere – Apres article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.