PUB- EN HAUT DU SITE -1280 X 265

Rwanda : un mort et 37 blessés dans une bousculade au meeting de Kagame

212

Les participants à un meeting pour la réélection du président rwandais Paul Kagame ont provoqué une bousculade qui a fait au moins un mort et 37 blessés, ont indiqué les autorités lundi.

La bousculade a eu lieu dimanche à Rubavu, dans l’ouest du Rwanda, lorsque les participants ont poussé pour se rapprocher de M. Kagame alors qu’il s’apprêtait à quitter la manifestation. Quatre des personnes blessées sont dans un état grave, a indiqué le gouvernement local dans un communiqué lundi.

M. Kagame, qui est le président du Rwanda depuis 1994, devrait être réélu lors des élections du 15 juillet. Il a remporté les dernières élections avec près de 99% des voix.

Le parti de M. Kagame, le FPR-Inkotanyi, a déclaré dans un communiqué qu’il était “profondément attristé” par la nouvelle de la victime à Rubavu, une ville de la province occidentale du Rwanda.

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

La campagne officielle a commencé samedi et se terminera le 13 juillet. Les adversaires de Kagame sont Frank Habineza, figure de l’opposition de longue date, du Parti démocratique vert du Rwanda, et le candidat indépendant Philippe Mpayimana – les mêmes adversaires que Kagame a affrontés en 2017.

Les événements de campagne de Kagame sont généralement bondés et bruyants, avec des partisans venus de différentes régions du pays. Ceux de ses adversaires sont moins flamboyants, soulignant la perception parmi les Rwandais que Kagame est imbattable.

Kagame a pris le pouvoir après que ses forces aient mis fin au génocide, au cours duquel environ 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués par des extrémistes hutus en 100 jours de violence.

Les défenseurs des droits de l’homme et d’autres personnes affirment que Kagame a créé un climat de peur qui décourage les discussions ouvertes et libres sur les questions nationales. Les critiques ont accusé le gouvernement de forcer les opposants à fuir, de les emprisonner ou de les faire disparaître, tandis que certains sont tués dans des circonstances mystérieuses.

Banniere – Apres article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.