PUB- EN HAUT DU SITE -1280 X 265

Unité de transformation de tomate : les acteurs se concertent sur la stratégie d’approvisionnement

411
La Direction générale des productions végétales (DGPV), en collaboration avec l’Agence pour la promotion de l’entrepreneuriat communautaire (APEC), a organisé une session de travail sur la stratégie d’approvisionnement des unités de transformation de tomate, ce lundi 4 mars 2024 à Ouagadougou.
 
Pour faire face aux contraintes rencontrées par la filière tomate, notamment dans son volet transformation, le Gouvernement de Transition a entrepris, à travers l’Agence pour la promotion de l’entrepreneuriat communautaire (APEC), la construction d’une unité de transformation de la tomate à Bobo-Dioulasso. Cette rencontre vise à examiner les actions et les stratégies à mettre en œuvre pour favoriser un meilleur approvisionnement de l’unité en matières premières, de qualité et en quantité.
 
À cette occasion, le Directeur du Développement des productions agricoles, monsieur Toussaint SAMPO, a expliqué que cette initiative est une volonté des autorités d’atteindre la souveraineté alimentaire. Et d’ajouter que l’implication de tous les acteurs est nécessaire pour atteindre les résultats escomptés. « 𝑵𝒐𝒖𝒔 𝒏𝒐𝒖𝒔 𝒔𝒐𝒎𝒎𝒆𝒔 𝒓𝒆́𝒖𝒏𝒊𝒔 𝒂𝒖𝒋𝒐𝒖𝒓𝒅’𝒉𝒖𝒊 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒅𝒆́𝒇𝒊𝒏𝒊𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒈𝒓𝒂𝒏𝒅𝒆𝒔 𝒍𝒊𝒈𝒏𝒆𝒔, 𝒔𝒊𝒕𝒖𝒆𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒓𝒆𝒔𝒑𝒐𝒏𝒔𝒂𝒃𝒊𝒍𝒊𝒕𝒆́𝒔, 𝒅𝒆́𝒈𝒂𝒈𝒆𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒃𝒆𝒔𝒐𝒊𝒏𝒔 𝒆𝒕 𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒑𝒐𝒔𝒔𝒊𝒃𝒊𝒍𝒊𝒕𝒆́𝒔 𝒅𝒆 𝒎𝒐𝒃𝒊𝒍𝒊𝒔𝒆𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒓𝒆𝒔𝒔𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒔 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒂𝒄𝒄𝒐𝒎𝒑𝒂𝒈𝒏𝒆𝒓 𝒍𝒂 𝒓𝒆́𝒂𝒍𝒊𝒔𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝒄𝒆𝒕 𝒐𝒃𝒋𝒆𝒄𝒕𝒊𝒇 𝒕𝒓𝒆̀𝒔 𝒄𝒂𝒑𝒊𝒕𝒂𝒍 », a-t-il dit.
 
Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Matin Libre -BF | Tel :+226 60102010 | redaction@matinlibre.bf

Pour le représentant de l’APEC, monsieur Séverin SOME, l’opérationnalisation de l’usine de transformation de tomate fait partie des projets prioritaires du Gouvernement de Transition. Il a indiqué que depuis la pose de la première pierre en septembre 2023, l’évolution du chantier a atteint un niveau satisfaisant. Cependant, la sécurisation des matières premières doit suivre le même rythme. « 𝑪’𝒆𝒔𝒕 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒄𝒆𝒕𝒕𝒆 𝒅𝒚𝒏𝒂𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒒𝒖𝒆 𝒕𝒐𝒖𝒔 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒕𝒆𝒖𝒓𝒔 𝒐𝒏𝒕 𝒆́𝒕𝒆́ 𝒔𝒐𝒍𝒍𝒊𝒄𝒊𝒕𝒆́𝒔 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒒𝒖’𝒖𝒏 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒆𝒏𝒔𝒖𝒔 𝒆𝒕 𝒖𝒏 𝒄𝒉𝒓𝒐𝒏𝒐𝒈𝒓𝒂𝒎𝒎𝒆 𝒑𝒖𝒊𝒔𝒔𝒆𝒏𝒕 𝒆̂𝒕𝒓𝒆 𝒆́𝒕𝒂𝒃𝒍𝒊𝒔 𝒅𝒆 𝒔𝒐𝒓𝒕𝒆 𝒒𝒖’𝒂̀ 𝒍𝒂 𝒅𝒂𝒕𝒆 𝒅’𝒐𝒖𝒗𝒆𝒓𝒕𝒖𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒍’𝒖𝒔𝒊𝒏𝒆, 𝒊𝒍 𝒏𝒆 𝒑𝒖𝒊𝒔𝒔𝒆 𝒑𝒂𝒔 𝒂𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒅𝒆 𝒑𝒓𝒐𝒃𝒍𝒆̀𝒎𝒆𝒔 𝒆𝒏 𝒕𝒆𝒓𝒎𝒆𝒔 𝒅’𝒂𝒑𝒑𝒓𝒐𝒗𝒊𝒔𝒊𝒐𝒏𝒏𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒆𝒏 𝒎𝒂𝒕𝒊𝒆̀𝒓𝒆 𝒑𝒓𝒆𝒎𝒊𝒆̀𝒓𝒆 », a-t-il dit. Pour conclure, monsieur Séverin SOME a assuré que la réalisation d’autres usines de production de tomates est en perspective dans d’autres villes du Burkina Faso.
 
Au terme des échanges, les participants se sont engagés à accompagner le département en charge de l’Agriculture dans la production de tomate en vue d’opérationnaliser l’usine d’ici à juin 2024. Aussi, une feuille de route a été adoptée pour la conduite des travaux.
 
𝗗𝗖𝗥𝗣/𝗠𝗔𝗥𝗔𝗛
 
Banniere – Apres article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.